1789

1. Etude de documents.

Document 1 :
La séance du mardi soir, 4 août, est la séance la plus mémorable qui se soit jamais tenue. Les ducs d'Aiguillon, du Châtelet, proposèrent que la noblesse et le clergé prononcent le sacrifice de leurs privilèges. L'insurrection générale, les provinces en partie ravagées, plus de cent cinquante châteaux incendiés, les titres seigneuriaux recherchés avec fureur et brûlés, l'impossibilité de s'opposer au torrent de la Révolution, tout nous prescrivait la conduite que nous devions tenir. Le clergé, la noblesse se levèrent et adoptèrent toutes les motions proposées. Il eût été inutile, dangereux même de s'opposer au voeu général de la nation.
Marquis de Ferrières (députés de la noblesse de Saumur), Mémoires, 1821.

Document 2 :
   L'Assemblée nationale, considérant qu'appelée à fixer la Constitution du royaume (...) rien ne peut empêcher qu'elle ne continue ses délibérations dans quelque lieu qu'elle soit forcée de s'établir, et qu'enfin partout où ses membres sont réunis, là est l'Assemblée nationale. Arrête que tous les membres de cette assemblée prêteront, à l'instant, serment solennel de ne jamais se séparer, et de se rassembler partout où les circonstances l'exigeront, jusqu'à ce que la Constitution du royaume soit établie et affermie sur des fondements solides.

Doc 3 :

 

Doc 4 :

 

Doc 5 :
Article 1 : Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits ; les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune.
Article 4 : La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui.
Article 10 : Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même reigieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la loi.
Articl 12 : La garantie des droits de l'homme et du citoyen nécessite une force publique ; cette force est donc instituée pour l'avantage de tous, et non pour l'utilité particulière de ceux à qui elle est confiée.

Doc 6 :
On commença par sommer le Gouverneur, M.le marquis de Launay, de rendre cette forteresse ; les délégués furent introduits entre les deux ponts-levis, et aussitôt le Gouverneur fit feu sur les délégués qui furent tous tués dans l'instant. Le peuple alors furieux attaqua ce fort, plaça des canons en face des portes, cassa les chaînes du pont-levis, entra en foule dans la première cour malgré le feu de la place, répéta la même chose au second pont-levis, entra dans le fort. Les cinquantes invalides ou plus qui défendaient ce fort étaient tués ou se rendirent. Les prisonniers furent conduits à l'Hôtel de Ville à coups de bâton à travers les insultes du peuple qui criait "pendus".
En arrivant à l'Hôtel de ville, M. le marquis de Launay fut percé de mille coups. (...)
Mémoires de Barras, journal autographe.

 

QUESTION :
Comlétez le tableau en plaçant les documents dans le bon ordre. Soyez précis dans les colonnes "évènement" et "date".

Ordre

 Evènement

 Date
 N° du document

 A
     

 B
     

 C
     

D
     

 E
     

 F
     

2. Paragraphe argumenté.

Grâce à vos connaissances et à vos réponses aux questions, expliquez comment au cours de l'année 1789, les députés et lepeuple entrent en jeu à tout de rôle pour mener à bien la révolution.

ATTENTION : Ce texte doit comporter une vingtaine de lignes. L'orthographe et la rédaction entrent en compte dans la notation.